Lady Oscar - André
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Lady Oscar - André

Forum site Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Amazon Music Unlimited – 3 mois gratuits
Voir le deal

Partagez | 
 

 La révolution est morte; vive la révolution!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liberta
Soldat Alain
Soldat Alain
liberta

Féminin
Age : 47
Nombre de messages : 3414
Date d'inscription : 13/06/2010

La révolution est morte; vive la révolution! Empty
MessageSujet: La révolution est morte; vive la révolution!   La révolution est morte; vive la révolution! EmptySam 20 Juin 2020 - 11:57

La révolution est morte ! Vive la révolution…
 
C’est le propre de l’homme de construire des ponts, tout autant que d’ériger des murs.


 Il peut se complaire dans la médiocrité ou se dépasser dans l’excellence.
Les idéaux les plus éclatants se ternissent souvent sous la pression d’une ambition démesurée. Les bonnes intentions sont rapidement déviées de leur destination initiale pour aller paver ledit Enfer.


La vraie justice n’est pas ce de monde. Elle n’est pas à l’échelle de l’Humanité.


La faim ne changera pas de visage, les morts se compteront encore par milliers voire millions…


Les différences demeureront le fondement de l’iniquité, seuls les critères évolueront, pas la mentalité. Les conditions sont du fait de l’Homme et non pas de Dieu, comme ils se plaisent à le justifier.
Le pouvoir passera de mains frivoles et despotiques à d’autres, intéressées et accapareuses.


Les révolutions ne durent que le temps d’une illusion populaire jusqu’au passage à une autre époque qui restaure les mêmes déviances mais sous forme déguisées.


Noyer la masse sous des promesses, des mensonges destinés à endormir à nouveau les griefs, les espérances d’une nation que l’on trahit derechef. Jardin d’Eden, Terre Promise, mythe, légende, un simulacre de démocratie que l’on dépeint pour mieux la traîner dans la fange d’un arrivisme insatiable, d’un carriérisme démesuré d’une poignée d’autocrates.


Abondance et richesse existeront toujours là où vivront de nouveaux privilégiés pendant que chez le commun des mortels régneront encore misère et désolation.


Certaines règles changeront au gré des néo-dirigeants mais le jeu de pouvoir, lui, restera le même.
L’espoir et l’exaltation faibliront sur un jour qui se veut nouveau mais qui ne sera en rien meilleur.


Les meneurs, héros démystifiés d’une utopie allégorique feront illusion le temps d’un souffle commun, pour voir se flétrir résolutions de pacotille en passant d’une aube audacieuse à un crépuscule teinté d’amertume.


Les sauveurs de ce jour seront les bourreaux de bientôt. Passer du statut d’orateur pour la liberté à prêcheur pour sa paroisse, quelle déchéance de valeur, quelle vanité despotique ; quand l’homme veut se mesurer à Dieu, la chute n’en est que plus vertigineuse et les conséquences ne sont pas que collatérales mais cataclysmiques.


Quel constat révoltant, affligeant ; alors comment sortir de ce marasme si chaque bataille gagnée pour le changement est balayée par un lendemain déjà souillé de compromissions ?


Et pourtant, il n’y a pas que des traîtres chez les idéalistes de la première heure, mais la vertu et la sincérité du sacrifice pour le bien commun ne fait pas recette pour qui a soif de revanche, et leur combat altruiste, bien que précurseur d’idées révolutionnaires et d’amour sincère pour son prochain, sera vite utilisé à des fins plus personnelles. Relégués au second plan, ils seront remerciés et oubliés par la frénésie punitive d’un peuple dont on exploite le désespoir.


Certains sortiront leur épingle du jeu en s’affirmant de leur emprise oratoire. Originellement, mus par une ferveur patriotique, ils sont vite emportés par leur propre besoin d’ascension. Voguant sur la vague « Défenseurs de la Nation », ils s’imposeront « Sauveurs » pour ces âmes à qui on promet de rendre dignité. Nourrir l’imaginaire à défaut de remplir les ventres.


Dénoncer cette colère qui gronde à dessein purement égoïste ; légitimer un déchaînement de violence destiné à distraire plus qu’à apaiser. Devant l’ampleur horrible des exactions commises au nom d’une cause galvaudée, on s’érige en Ponce Pïlate. On déplore mais on tire parti. On puise allègrement dans l’égout, l’eau avec laquelle on s’en lave les mains ; et peut-être aussi la conscience.


La roue ne fait que tourner et tourner encore…

*** Lady Oscar Lady Oscar ***

La révolution est morte; vive la révolution! _11
Revenir en haut Aller en bas
 

La révolution est morte; vive la révolution!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Fics sur Lady Oscar. :: "Petits Pamphlets"-